keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 12/03/2021

PARIS - NICE - ÉTAPE 6 UNE JOURNÉE PRESQUE PARFAITE POUR L'ÉQUIPE COFIDIS !

Mis en orbite par Guillaume Martin à Biot, Christophe Laporte n'est devancé que par l'intouchable Primoz Roglic sur la ligne d'arrivée. Un peu plus tôt, Anthony Perez, en intégrant l'échappée du jour, avait conforté son maillot à pois de meilleur grimpeur.

Dernier kilomètre sur la route qui s’élève vers Biot, ce vendredi après-midi. Guillaume Martin accélère, étire le peloton de tête, obligeant Primoz Roglic à réagir et à se découvrir. Christophe Laporte est là lui aussi. Le Varois s’accroche jusqu’au bout et prend la deuxième place à quelques centimètres du leader du classement général, encore une fois intouchable.
 

Impressionnant Christophe Laporte 

Sur le moment, la déception est forte pour Christophe Laporte qui s’était évertué avec ses coéquipiers à distancer les autres sprinteurs dans la journée afin d’être dans une position idéale dans les derniers mètres. Mais si la victoire n’est pas au bout, le numéro du sprinteur de l’équipe Cofidis a montré une nouvelle fois sa forme éclatante.
Pour la 4e fois en 6 jours, il termine dans le ‘top 10’. Ce finish marque la fin d’une étape où les coureurs Cofidis ont une nouvelle fois été particulièrement impressionnants, suivant avec application les consignes détaillées un peu plus tôt lors du briefing à Brignoles par Alain Deloeuil et Jean-Luc Jonrond.

 

Anthony Perez avait lancé les hostilités 
Les deux directeurs sportifs avaient également assuré à Anthony Perez, porteur du maillot à pois pour la 3e journée consécutive, qu’il pouvait attaquer s’il avait la forme pour le faire. Le Toulousain ne s’est pas fait prier : c’est lui qui est à l’initiative de l’échappée du jour après 41 km parcourus.
Suivi par cinq autres coureurs, il passe en tête des quatre premières difficultés de l'étape, dont la côte de Cabris. Ainsi, ‘Antho’ conforte sa position de leader au classement de meilleur grimpeur. Il compte en effet 52 pts, soit 29 pts d’avance sur son premier poursuivant, Julien Bernard. À une soixantaine de kilomètres de l’arrivée, il a ensuite retrouvé sa place dans le peloton afin d’épauler ses coéquipiers.
Et si Christophe Laporte et Guillaume Martin se sont illustrés dans le final, c’est aussi grâce au travail précieux de Piet Allegaert, Jelle Wallays et Pierre-Luc Périchon qui ont été présents constamment afin d’aider leurs coéquipiers à briller. Il reste encore deux étapes, sous le soleil printanier de la Méditerranée, pour poursuivre sur cette belle lancée.

 

ILS ONT DIT... 

Christophe Laporte (2e de l’étape) : « C’était une journée rapide et assez difficile. J’ai réussi à bien me placer au pied de la dernière bosse. Ensuite, j’étais dans la roue de Primoz Roglic mais je n’ai jamais pu passer. Heureusement que Guillaume a attaqué parce que ça commençait à se tasser et à revenir par l’arrière. J’espérais que Roglic allait se tasser un peu après l’effort qu’il a fait pour aller chercher Guillaume. Mais il était simplement plus fort. Forcément, j’y ai cru. Mais en terminant 2e derrière Roglic, je ne peux pas avoir de regret."

Guillaume Martin (14e au général) : « J’avais de bonnes sensations toute la journée. Les routes étaient à la fois urbaines, techniques et ça a roulé vite durant toute l’étape. Le plan s’est déroulé comme prévu. Anthony a pris l’échappée et il a pu marquer des points. Ensuite, on a roulé pour essayer de revenir et favoriser une arrivée au sprint pour Christophe. Dans le final, j’ai vu une ouverture, j’ai essayé d’y aller et ça a favorisé Christophe qui était en position d’attente dans la roue de Roglic. Après, il n’y avait rien à faire, Roglic était juste plus fort. Demain, ce sera un autre terrain, plus difficile et ça va me convenir encore mieux. J’ai beaucoup d’ambitions lors de cette 7e étape et j’espère une belle bataille ! »

Anthony Perez (meilleur grimpeur) : « Au début, le rythme était intense et ça a été difficile de sortir. J’ai réussi à le faire après une quarantaine de kilomètres et à prendre des points.  On a suivi le plan initial qui était que j’aille dans l’échappée et qu’on fasse tout pour Christophe dans le final. Je suis très content pour lui. C’est dommage qu’il y ait un grand champion comme Roglic devant lui. Christophe montre qu'il est dans une forme éblouissante et qu'il est capable de rivaliser avec les meilleurs mondiaux. Collectivement, l’équipe a beaucoup progressé, on se montre plus à l’avant et ça nous permet à tous de nous transcender et de donner le meilleur. »