keyboard_arrow_up
Mathilde L'Azou
Publié le : 11/03/2021

PARIS - NICE - ÉTAPE 5 UN 3e TOP 10 POUR CHRISTOPHE LAPORTE !

Face à une concurrence particulièrement relevée au sprint, le Varois prend la 8e place à Bollène. Pour la 3e fois en 5 étapes dans ce Paris-Nice, il se hisse dans le ‘top 10’. Guillaume Martin conserve la 15e place du général et Anthony Perez le maillot de meilleur grimpeur.

Malgré la fraicheur et le ciel menaçant, il y avait des sourires chez Cofidis ce matin à Vienne. Anthony Perez a endossé le maillot à pois, acquis avec panache la veille, et Guillaume Martin s'est rassuré en terminant 3e de l’étape. Ce jeudi, peu de difficultés étaient à signaler tout au long des 200 km de plat jusqu'à Bollène.
 

Laporte avec les meilleurs sprinteurs 
Dans cette étape dévolue aux sprinteurs, aucune échappée n’a été à signaler. Le rythme s’est intensifié dans les 50 derniers kilomètres. Concentrée et à l’affût, l’équipe est restée aux avant-postes afin de protéger Guillaume Martin avant de mettre Christophe Laporte dans les meilleures dispositions.

Le Varois était à la lutte avec les autres sprinteurs dans les derniers mètres et il a franchi la ligne à la 8e place. Il s’agit déjà de son 3e ‘top 10’ depuis le début de Paris-Nice après une 8e place à l’issue de la 1ère étape et son 7e temps au chrono de Gien.
  
La journée n’est pas finie pour autant : un long transfert attend les coureurs en cette fin de journée. Dès demain, Paris-Nice se poursuit en effet à proximité des côtes méditerranéennes. Et la prochaine étape s’annonce corsée : 202,4 km, 3 150 m de dénivelé positif, cinq difficultés dont une côte de 1ère catégorie !  Il faudra du cran pour y résister et pour faire à nouveau briller les couleurs de Cofidis. 

 

ILS ONT DIT... 

Guillaume MARTIN : « C’était une journée un peu spéciale puisque personne ne voulait aller dans l’échappée. C’était assez long, avec du vent de face pendant toute l’étape. Ça ressemblait un peu à une étape de transfert. Dans le final, c’est devenu nerveux, il y avait quelques risques de bordures mais le vent avait beaucoup faibli. Nous avons été très vigilants. Dans le final, c’était dangereux avec les petites routes et les emménagements urbains. On arrive néanmoins à bon port, sans souci. Christophe fait un nouveau ‘top 10’ et je suis convaincu que l’arrivée de demain lui convient mieux. Ce sera une étape où on aura beaucoup de belles choses à faire que ce soit grâce à un sprint en petit comité ou une échappée. Ça s’annonce mouvementé ! »  

Christophe Laporte : “C’était une étape ennuyante et longue, notamment à cause du vent de face pendant une grande majorité de la course. Après, il y avait des petits risques de bordures et on a su rester placés. Pour le sprint, il fallait être bien placé parce qu’il y avait énormément de vagues. Mais je n’ai pas réussi à bien me placer donc je n’ai pas vraiment pu sprinter et me mêler à la bataille pour la victoire. »

Anthony PEREZ : « Avec le maillot à pois, c’est forcément un peu particulier. Ça fait plaisir mais on oublie vite. Une fois que tu es dans la course, tu sais que tu es chez Cofidis et qu’il faut défendre l’équipe. C’était une journée sur du plat, sans risque majeur et assez tranquille. J’ai pas mal roulé devant le peloton à une quarantaine de kilomètres de l’arrivée et c’est pour ça que j’étais fatigué à la fin de l’étape. Demain, il va falloir y retourner ! »